Saint-Avold est une ville du département de la Moselle dans le Grand Est, chef-lieu du canton de Saint-Avold. Cette ville a joué un rôle important dans l’histoire de Lorraine, et elle a notamment accueilli les ducs de Lorraine, des rois de France et des empereurs d’Allemagne.

A propos de Saint-Avold 

Située en Moselle, Saint-Avold est une ville urbaine qui appartient au bassin houiller lorrain ainsi qu’à la zone du francique rhénan, qui est une gamme de trois dialectes germaniques. Elle est en effet situé à proximité de la frontière franco-allemande, dans la région du Warndt et dans le bassin de la Moselle-Est.

Le climat de la ville est océanique dégradé. Cela signifie que les saisons sont contrastées avec de forts vents et intempéries.

A savoir : Saint-Avold a eu plusieurs appellations depuis sa création ! La ville était initialement appelée Sankt Nabor (Saint-Nabor). Puis elle a adopté progressivement les noms de Santerfor et Saint-Avaux avant de prendre le nom de Saint-Avold en 1750 !

Informations utiles à propos de Saint-Avold : 

  • Région : Grand Est
  • Département : Meurthe-et-Moselle
  • Arrondissement : Forbach-Boulay-Moselle
  • Code postal : 57500
  • Code commune : 57606
  • Superficie : 35,48 km2
  • Nombre d’habitants : 15 415
  • Nom des habitants : Naboriens

Histoire de Saint-Avold

La fondation de la ville

L’histoire de Saint-Avold remonte aux années 500 où un moine irlandais prénommé Fridolin aurait créé un oratoire sur l’emplacement de Saint-Avold. Cependant, il s’agit de l’évêque Saint Sigisbaud qui l’a fondé au début du VIIIème siècle et qui portait alors le nom de Saint-Nabor. Vers 1163, Saint-Avold est confiée aux Comtes de Sarrebruck qui favorisent le développement de la ville, qui devient le chef-lieu économique de l’avouerie. Saint-Avold est alors une ville commerciale importante durant le XVème siècle où des commerçants viennent de la Lorraine et du Rhin pour vendre leurs produits. La ville se développant fortement, les évêques décident de construire des fortifications en 1327 afin de protéger la ville.

A savoir : Jusque dans les années 1860, Saint-Avold est une ville de culture allemande. On y parle et on y rédige les documents en allemand.

Saint-Avold est par la suite rachetée par le comte de Nassau-Sarrebruck, Philippe II. Il administre la ville durant plus de vingt ans. La ville intègre par la suite le Duché de Lorraine et connait une grande prospérité grâce à son indépendance. L’industrie du verre s’y développe alors fortement. Durant la guerre de Trente-Ans Saint-Avold est victime de nombreux pillages, exils et famines.

A savoir : En 1656, il n’y a plus de 18 habitants à Saint-Avold !

L’économie reprend finalement durant les années 1715 à 1730. Le paysage de Saint-Avold change alors avec la construction de nombreux bâtiments et le développement de l’art et de la culture artistique au sein de la ville.

La Révolution

Durant la Révolution, la Terreur est source d’émigration à Saint-Avold. La fin du 18ème siècle est alors compliquée avec une situation financière dégradée et une difficile intégration au nouveau département instauré. L’archiprêtre de Saint-Avold joue alors un rôle important dans le retour au calme de la ville qui connait alors une certaine prospérité économique jusqu’en 1813. Saint-Avold possède alors une importance dans l’Empire grâce au maire de la ville, Georges Kister. Durant le 19ème siècle, l’industrie se développe lentement avec la fabrique de textiles, de creusets ou de faïencerie et de nombreux habitants fuient les conditions difficiles de la ville suite aux épidémies et à la crise économique de 1845 et 1846. La situation s’améliore finalement avec la découverte du charbon à Carling et l’ouverture d’une voie de chemin de fer reliant la ville à Metz.

Le 10 mai 1871, l’Alsace-Lorraine est cédée au IIème Reich par le traité de Francfort, signé par tous les pays européens. Durant les années qui suivent, Saint-Avold est une ville de garnison pour l’Empire Allemand et la ville se développe sur le plan militaire et économique. Ainsi, au début des années 1900, Saint-Avold est une ville prospère notamment grâce à ses infrastructures.

La Première Guerre mondiale et la Seconde Guerre Mondiale

Lors de la Première Guerre Mondiale, Saint-Avold est le siège d’un poste de commandement de l’Armée. Elle est libérée le 21 novembre 1918 par le 129ème régiment d’infanterie. Elle devient par conséquent française. Cette intégration à la République française est critiquée et est difficilement appliquée. Les populations allemandes sont alors condamnées à quitter la ville. Durant la Seconde Guerre Mondiale, la ville est évacuée le 1er septembre 1939. Les habitants se déplacent vers les départements du Pas-de-Calais, de la Loire et de la Vienne. Dès 1940, les Allemands prennent possession de la ville, le drapeau nazi règne alors sur toute la ville avec ses lourdes conséquences à l’instar des nombreux pillages, et Saint-Avold est dirigée par Hieronimus Merkle avant d’être remplacé à de multiples reprises. La ville est la cible de nombreux bombardements, et 10 habitants sont tués tandis que 83 d’entre eux sont grièvement blessés.

Saint-Avold est finalement libérée le 27 novembre 1944, en même temps que le département de la Moselle par la 80e division d’infanterie américaine commandée par le général Horace Logan Mc Bride. Le cimetière militaire américain de Saint-Avold est inauguré le 19 juillet 1960 en mémoire des combattants morts pour vaincre le parti nazi, et il s’agit du plus grand cimetière militaire américain d’Europe avec 10 487 tombes.

Après les guerres, Saint-Avold devient un centre résidentiel du bassin où plus de 1 300 logements sont construits dans l’optique de développer l’économie locale. La cokerie de Carling est fondée un peu plus tard. Elle permet par la suite d’ouvrir de nombreuses usines qui font aujourd’hui de la ville l’une des plus grandes plateformes chimiques de France. L’expansion industrielle de cette dernière se poursuit avec l’ouverture de plusieurs zones industrielles dont la ZIL du Gros-Hêtre et de la ZI de Hollerloch.

Que visiter à Saint-Avold ? 

Riche de son patrimoine historique, Saint-Avold compte de nombreux musées, temples et fortifications. Vous vous rendez à Saint-Avold et vous ne savez pas quoi visiter ? Visitgrandest vous propose sa sélection de lieux à visiter dans la ville et dans ses environs ! 

  • Le cimetière militaire américain de Saint-Avold,
  • L’abbatiale Saint-Nabor,
  • La chapelle Sainte-Croix,

Le Cimetière militaire américain

Le cimetière américain de Saint-Avold est le plus grand cimetière américain d’Europe avec 10 489 tombes de soldats morts au cours de la Seconde Guerre Mondiale. Les tombes varient en fonction de la religion des soldats avec différentes formes. Elles reprennent la croix latine et l’étoile de David.

Originellement provisoire, le cimetière est érigé par les Américains le 12 mars 1945 afin de devenir définitivement le « Lorraine American Cemetery » en 1947. La plupart des soldats qui y reposent sont morts durant les batailles frontalières et durant la conquête du Rhin. On y compte également des aviateurs.

A savoir : le « Memorial Day » est célébré chaque dernier dimanche du mois de mai, et ce depuis 1946, afin de rendre hommage aux soldats morts aux combats.

Informations pratiques

Adresse : Avenue de Fayetteville – 57500 Saint-Avold

Téléphone : 03 87 92 07 32

Site internet : https://www.abmc.gov/Lorraine#.WjEJFUojSUn

Visites : Le cimetière est ouvert de 09h à 17h tous les jours.

L’abbatiale Saint-Nabor

L’abbatiale est reconstruite au 18ème siècle selon les plans de Léopold Durand lorsque la ville connait une réelle prospérité. L’archiprêtre Nicolas Dicop développe par la suite l’abbatiale et y intègre l’art baroque bavarois.

A savoir : La statue « De la Foi » présente sur l’abbatiale de Saint-Nabor provient du portail de la cathédrale de Metz.

Le 09 novembre 1944, l’abbatiale est détruite par un bombardement américain et la coupole s’écroule. Les vitraux, les murs, les toiles et les fresques sont également touchés et l’orgue est réduit à néant. L’abbatiale Saint-Nabor est restaurée jusqu’en 1970. Cela a pour objectif de lui restituer son charme originel et son doux coloris rosés. Cela, grâce à la pierre typique des carrières de Saint-Avold. Aujourd’hui, l’abbatiale Saint-Nabor est une étape du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Informations pratiques

Adresse : Rue du Général de Gaulle – 57500 Saint-Avold

Visite : Visite libre de 08h à 18h

La Chapelle Sainte-Croix

Inscrite aux monuments historiques depuis le 31 décembre 1980, la chapelle Sainte-Croix a été construite en 1783. De style gothique, elle est un des seuls bâtiments qui a été construit en dehors du mur oriental de Saint-Avold et qui a résisté aux différentes guerres.

Notre conseil : En vous plaçant sur la terrasse de la chapelle, vous pourrez admirer la colline du Felsberg.

La chapelle Sainte-Croix est dominée par deux statues : la Vierge et Saint-Jean, qui protègent son entrée.

Informations pratiques

Adresse : Rue du Général Mangin – 57500 Saint-Avold

Visites libres des extérieures uniquement

Articles associés à Saint-Avold 

Découvrez les articles associés à la ville de Saint-Avold :